ISRAËL - TERREUR SUR UNE FAMILLE PALESTINIENNE

   

Very Crazy 10

 

Published on Mar 21, 2021

Vers 14h00Tôt le matin, environ huit soldats masqués ont fait une descente dans la maison à deux étages de la famille al-Bedwi dans le camp de réfugiés d'al-Arub. Beit Haim et Hajar al-Bedwi, dans la cinquantaine, et leurs trois enfants, Ahmad, 27 ans, Maram, 24 ans, et Bâle, 16 ans, vivaient à Beit Aram la nuit précédente. Les filles mariées et leurs quatre enfants. Maram a réveillé ses parents. Elle a ouvert la porte et les soldats sont entrés par effraction dans la maison. Ils ont refusé d'expliquer ce qu'ils voulaient et pourquoi ils sont entrés dans la maison et ont poussé Maram et Ahmed, qui essayaient de la protéger. Les soldats se sont ensuite dispersés dans la maison, répandant de la boue sur le sol et les tapis. Ils ont emprisonné Maram, Ahmad, Bâle et leur père dans le salon. Les soldats, les deux sœurs et leurs enfants ont été emprisonnés par les soldats dans une autre pièce. Les soldats ont exigé les pièces d'identité des garçons, et lorsque Bassel leur a dit qu'il était mineur et n'avait pas de carte d'identité, ils l'ont conduit à la cuisine, où l'un des soldats l'a menotté et s'est couvert les yeux. Ils l'ont fait sortir de la maison comme ça, Tout en refusant la demande de la famille de permettre à Bâle - qui était pieds nus - de porter des chaussures. Bâle a d'abord été emmenée dans un camp militaire de la colonie de Carmei Tzur, avec d'autres détenus du village. En chemin, les soldats l'ont insulté et l'un d'eux lui a tiré les cheveux et lui a crié dessus. Jusqu'aux heures du matin, il attendit, la plupart du temps assis sur une chaise, sans que personne ne lui explique ce qui allait se passer. Dans la matinée, il a été emmené, avec les autres détenus, au poste de police d'Etzion, où il a également dû attendre. Pendant la journée, il a été interrogé - violemment également - par trois interrogateurs différents, chacun pendant une courte période, soupçonné d'avoir jeté des pierres et des cocktails Molotov. La plupart de la journée, il a attendu dans la cour - toujours personne ne lui expliquant ce qui se passait. Autour de Et même là, il a dû attendre. Pendant la journée, il a été interrogé - violemment également - par trois interrogateurs différents, chacun pendant une courte période, soupçonné d'avoir jeté des pierres et des cocktails Molotov. La plupart de la journée, il a attendu dans la cour - toujours personne ne lui expliquant ce qui se passait. Autour de Et même là, il a dû attendre. Pendant la journée, il a été interrogé - violemment également - par trois interrogateurs différents, chacun pendant une courte période, soupçonné d'avoir jeté des pierres et des cocktails Molotov. La plupart de la journée, il a attendu dans la cour - toujours personne ne lui expliquant ce qui se passait. Autour de19h00 , après avoir été détenu pendant près de 16 heures au cours desquelles il n'a reçu ni nourriture ni boisson et n'a pas été autorisé à dormir, il a été relâché chez lui sans rien.